justice
pluralite_des_genres
egalite
diversite_sexuelle

« F to Lez : le grand dé-genrement, et comment le faire savoir aux filles » | Conférence présentée dans le cadre du colloque « Identités et luttes lesbiennes dans les espaces sociaux, médiatiques et politiques » - CIRFF 2015

25 août 2015, Université du Québec à Montréal

Conférence présentée dans le cadre du colloque « Identités et luttes lesbiennes dans les espaces sociaux, médiatiques et politiques » au 7e Congrès international des recherches féministes dans la Francophonie

Conférencière et conférencier : Jacqueline Julien, Présidente de l’association Bagdam Espace lesbien, France

Résumé de la conférence : Non, les lesbiennes ne sont pas une communauté sexuelle. Mais le corps leur est capital. Pourtant ces lesbiennes qui ne « sont pas des femmes », qui politisent le grand dé-genrement de leurs corps-à-corps, sont menacées d'inconsistance. Pourtant ces lesbiennes pour qui le lesbien ne se borne pas au féminin, sont toujours à ce jour minorées dans leur face-à-face (passionné) – qui passe pour impasse. Sont soupçonnées d’incarner un néo-Arcadisme saphique, vintage forcément, où, sous couvert de lesbien, se réessentialiserait en abyme l’énergie renouvelable, obstinée de la sexuation femme. La riposte des dominants en tous genres a donc été de ringardiser at large ce corps neo-wittiguien, taxé de dépassé voire suspect. Lesbienne = arnaque conceptuelle ? Incise : en régime de domination masculine, où nous sommes, il se trouve que la véritable, effrayante arnaque subie par les femmes, EST le régime dit hétérosexuel. Comment, lesbiennes, pourrions-nous rendre aux filles la conscience de leur braquage en tant que génitalisées de ce régime ? Comment leur donner l’idée de ce corps/à/corps lesbien comme pensée, projet révolutionnaire d’élucidation ? Il aura fallu une obstination. Une pyramide de résistances au marquage. Année.s après année.s. Un groupe d'action à Toulouse en France, Bagdam Espace lesbien, s'y essaie depuis 1989. L'une de ses fondatrices évoque le cursus de cette démarche de dé-marquage : être promotrices de ce grand dérangement lesbien, en OPA de dé-genrement, et au centre-ville, et cela de l'ère du papier à celle du 2.0.

Pour écouter la conférence en baladodiffusion, cliquez ici !