justice
pluralite_des_genres
egalite
diversite_sexuelle

Audios

« Services en toxicomanie et vécu homosexuel : expériences et besoins d’hommes gais et bisexuels ayant une consommation problématique de substances psychoactives (SPA) » | Conférence mensuelle de la Chaire de recherche sur l’homophobie (2015-2016)

26 janvier 2016, Université du Québec à Montréal

Conférence présentée dans le cadre des conférences mensuelles de la Chaire de recherche sur l’homophobie de l’UQAM.

Conférencier : Jorge Flores-Aranda, Ph. D. sciences cliniques, Université de Sherbrooke

Résumé de la conférence : Les gais et bisexuels ayant une consommation problématique de substances psychoactives (SPA) consultent tardivement des services en toxicomanie, lesquels ne répondent pas toujours à leurs besoins. Nous visons à : documenter l’expérience d’hommes gais et bisexuels concernant leur utilisation des services en toxicomanie; établir des liens entre ces expériences et leur vécu homosexuel; et identifier leurs besoins. Nous avons mené une étude qualitative auprès de 35 gais/bisexuels ayant une consommation problématique de SPA. La majorité avait déjà utilisé des services en toxicomanie, mais sans avoir reçu une référence vers un tel service. Pour plusieurs, l’augmentation de leur consommation et le déclencheur de la demande d’aide coïncident avec des difficultés d’acceptation de leur orientation sexuelle, la quête de plaisirs sexuels ou avec un diagnostic de VIH. Pour certains, la sexualité n’est pas suffisamment abordée dans les services en toxicomanie. Ainsi, la détection de la consommation problématique représente un défi. Puis, les différentes dimensions du vécu homosexuel, dont la sexualité, doivent être prises en compte dans les services en toxicomanie.

Pour écouter la conférence, cliquez ici.

«Réforme du droit familial québécois : impact sur la communauté LGBT» | Conférence mensuelle de la Chaire de recherche sur l’homophobie (2015-2016)

13 janvier 2015, Université du Québec à Montréal

Conférence présentée dans le cadre des conférences mensuelles de la Chaire de recherche sur l’homophobie de l’UQAM.

Conférencier : Robert Leckey, professeur titulaire, Faculté de droit de l’université McGill

Résumé de la conférence : En juin 2015, un comité consultatif soumit son rapport à la ministre de la Justice, lui recommandant d’entreprendre une vaste réforme du droit familial québécois. Les propositions toucheront de nombreux aspects de la vie familiale des personnes LGBT au Québec, qu’il s’agisse des rapports avec des enfants (procréation assistée, gestation pour autrui, adoption, reconnaissance du beau-parent) ou entre des conjoints (changements majeurs au mariage et introduction d’un régime parental impératif). Cette conférence introduira et expliquera le rapport du comité et y jettera un oeil critique du point de vue LGBT.

Pour écouter la conférence, cliquez ici.

Pour consulter la présentation visuelle, cliquez ici.

« Hétérosexisme intériorisé, stigmatisation sociale et identité lesbienne : une étude des lesbiennes de Guangzhou» | Conférence mensuelle de la Chaire de recherche sur l’homophobie (2015-2016)

19 novembre 2015, Université du Québec à Montréal

Conférence présentée dans le cadre des conférences mensuelles de la Chaire de recherche sur l’homophobie de l’UQAM.

Conférencière : Xue Yang, M. International Business, professeure, School of Foreign Language Studies, South China Agricultural University (Chine), chercheure affiliée à la Chaire de recherche sur l’homophobie (UQAM)

Résumé de la conférence : Cette étude vise à révéler les processus par lesquels les lesbiennes tentent de concilier leur sexualité et leurs rôles féminins traditionnels relevant de la culture chinoise, dans la métropole moderne de Guangzhou. Un total de 20 femmes s'identifiant comme lesbiennes ont été recrutées pour les besoins de cette étude. C'est par des entretiens en face -à-face qu'il a été possible de mieux comprendre les expériences sexuelles et sociales des participantes. Or, contrairement à l'homosexualité masculine, la recherche concernant le lesbianisme en Chine est relativement peu développée, encourageant ainsi le phénomène d'invisibilité sociale. En raison de ses normes culturelles traditionnelles et de sa longue histoire d'échanges avec les pays occidentaux, Canton est reconnu pour sa plus grande tolérance au lesbianisme. Dans la capitale Guangzhou, une ville où l'économie est en plein essor, les groupes LGBT reçoivent un accueil ouvert de la population; leur vie est reconnue légalement et socialement. Toutefois, le code moral et les rôles de genre traditionnels chinois qui forment la doctrine de Confucius et de Mencius ainsi que l'équilibre et l'harmonie Yin - Yang se sont reflètent dans un certain hétérosexisme intériorisé chez les participantes. En effet, bon nombre d'entre elles ont démontré une expérience mitigée de la stigmatisation sociale et une certaine difficulté de s'auto-identifier en tant que lesbienne. L'urbanisation, l'économie compétitive rapide et les valeurs de réussite matérielle et personnelle, hautement estimées dans la société chinoise, amènent une marginalisation accrue des lesbiennes. À cela s'ajoute les difficultés encourues pour les femmes seules de vivre dans une société dominée par les hommes. Réduire la stigmatisation sociale et la discrimination contre les femmes est essentiel pour améliorer l'équilibre entre les sexes et sortir les groupes de lesbiennes de l'invisibilité sociale.

Pour écouter la conférence, cliquez ici.

«Homosexualité et politique: le rôle de l'orientation sexuelle des politiciens et politiciennes dans leur évaluation par l’électorat» | Conférence mensuelle de la Chaire de recherche sur l’homophobie (2015-2016)

24 septembre 2015, Université du Québec à Montréal

Conférence présentée dans le cadre des conférences mensuelles de la Chaire de recherche sur l’homophobie de l’UQAM.

Conférencier : Alexandre Duval, M.A. en science politique, journaliste à Radio-Canada

Résumé de la conférence : Les personnes ouvertement homosexuelles demeurent largement sous-représentées en politique, même dans les sociétés où les droits des gais et des lesbiennes figurent parmi les plus avancés. Si les facteurs pouvant expliquer cette situation sont nombreux, il importe de savoir si les préjugés que le public entretient à l'égard de l'homosexualité peuvent être responsables, du moins en partie, de la sous-représentation des personnes homosexuelles dans les institutions démocratiques. Afin d'étudier le rôle que joue l'orientation sexuelle des politiciens dans la perception de l'électorat, Alexandre Duval a administré une étude expérimentale en laboratoire informatique auprès de 159 participants. Les résultats démontrent que les politiciens homosexuels peuvent tirer profit de leur homosexualité dans certaines circonstances, mais qu'une frange de l'électorat demeure plus réfractaire à leur candidature.

Pour écouter la conférence, cliquez ici.

« Gestion de la diversité sexuelle : expériences et points de vue des employé.e.s LGBT en milieux de travail de la région métropolitaine québécoise » | Conférence présentée dans le cadre des conférences mensuelles de la Chaire (2015-2016)

15 décembre 2015, Université du Québec à Montréal

Conférence présentée dans le cadre des conférences mensuelles de la Chaire de recherche sur l'homophobie (UQAM). 

Conférencières : Marie Geoffroy, B. Sc. , candidate à la maîtrise en sexologie, Université du Québec à Montréal; Elizabeth Parenteau, B. A., candidate à la maîtrise en sexologie, UQAM

Résumé de la conférence : Malgré les progrès en égalité sociale et législative, des données canadiennes récentes démontrent la persistance de la discrimination des personnes lesbiennes, gais, bisexuel.e.s et trans (LGBT) en milieu de travail. Que font les employeurs pour favoriser l’inclusion des minorités sexuelles en milieu de travail? Comment les pratiques des employeurs sont-elles vécues et perçues par les employé.e.s LGBT? Cette conférence présentera les résultats de deux études qui ont cherché, à l’aide d’entrevues, à répondre à ces questions au sujet du vécu des employé.e.s. LGBT en région métropolitaine québécoise. Plus précisément, Elizabeth Parenteau présentera les expériences et les stratégies des employé.e.s trans qui poursuivent un processus de transition de genre tout en demeurant dans le même environnement professionnel. D’une autre part, Marie Geoffroy présentera les enjeux de micro-agressions et d’initiatives de gestion de diversité sexuelle qui font partie du quotidien des employé.e.s de minorité sexuelle. Les conférencières termineront avec des recommandations pour les milieux de travail soucieux de créer un climat de soutien et d’ouverture pour leurs employé.e.s LGBT.

 

Pour écouter la conférence, cliquez ici. Pour suivre à l'aide de la présentation visuelle, cliquez ici.