justice
pluralite_des_genres
egalite
diversite_sexuelle

Audios

« Familles polyamoureuses : une introduction » | Conférence mensuelle de la Chaire de recherche sur l’homophobie (2016-2017)

20 avril 2017, Université du Québec à Montréal

Conférence présentée dans le cadre des conférences mensuelles de la Chaire de recherche sur l’homophobie de l’UQAM.

Pour écouter la conférence en format audiocliquez ici. Pour lire la présentation visuelle accompagnant la conférence, cliquez ici.
 
Conférencière : Marie-Pier Boisvert, M.A., directrice générale du Conseil québécois LGBT

Résumé de la conférence : L’émergence du polyamour comme modèle relationnel (où on a plusieurs partenaires amoureux avec le consentement de tous.tes) implique-t-elle une reconfiguration du modèle familial? En prenant pour base les travaux de Dr. Elisabeth Sheff ("The Polyamorists Next-Door: Inside Multiple-Parter Relationships and Families" (2014), cette conférence se veut un « Polyamour 101 » qui intègre des questions touchant plus de familles qu’on croit : quels sont les impacts d'avoir plus de deux adultes impliqués dans le quotidien d'enfants? Quels sont les défis d'avoir plusieurs adultes et enfants qui cohabitent? Quels sont les enjeux qui peuvent survenir lorsque trois adultes ou plus sont responsables d'un enfant?

 

« Identifications lesbiennes et queer dans l'espace montréalais contemporain: identités, étiquettes et autodéfinitions » | Conférence mensuelle de la Chaire de recherche sur l'homophobie (2016-2017)

22 mars 2017, Université du Québec à Montréal

Conférence présentée dans le cadre des conférences mensuelles de la Chaire de recherche sur l’homophobie de l’UQAM. 

Pour écouter la conférence en format audiocliquez ici.

Conférencière : Tara Chanady, doctorante et chargée de cours en communication à l’Université de Montréal

Résumé de la conférence : Les diverses possibilités de vivre sa sexualité en tant que femmes qui aiment les femmes font l’objet de beaucoup de débats. Certaines femmes se définissent fortement comme lesbiennes, dykes ou gay, adoptant et revendiquant des identités pour des raisons personnelles, stratégiques, sociales, communautaires et/ou politiques. D’autres encore, tout en ayant pour partenaires sexuelles des femmes, refusent de concevoir leur sexualité en terme identitaire, ou proposent une réflexion queer par rapport à leur sexualité. Cette recherche doctorale s’intéresse au vécu raconté de l’expérience d’homosexualité féminine, soit à la multiplicité des significations associées aux expériences et/ou aux identifications non hétérosexuelles des jeunes femmes dans le contexte montréalais.

 

« Inter-influences et interactions entre parcours trans et trajectoires parentales : analyses qualitatives préliminaires » | Conférence mensuelle de la Chaire de recherche sur l'homophobie (2016-2017)

13 décembre 2016, Université du Québec à Montréal

Conférence présentée dans le cadre des conférences mensuelles de la Chaire de recherche sur l’homophobie de l’UQAM. Organisée en collaboration avec la Coalition des Familles LGBT.

Pour écouter la conférence en format audiocliquez ici.

Conférencière : Marie-Pier Petit, doctorante en psychologie, Université du Québec à Montréal

Résumé de la conférence : Les études ayant exploré le croisement entre « transitude » et « parentalité », longtemps perçu comme incompatible, demeurent relativement rares et davantage examinées du point de vue autre que celui du parent trans lui-même. Cette conférence qui s’appuie sur une recherche doctorale dressera le portrait de la diversité des parcours trans et parentaux de 24 parents trans québécois. En recourant à l’approche du parcours de vie, cette communication interrogera plus particulièrement l’influence du parcours trans sur la parentalité, de même que l’influence de la trajectoire parentale sur le parcours trans, à partir de l’analyse rétrospective faite par les participants eux-mêmes, rencontrés en entrevue.

 

«Hérétiques en amour cherchent refuge. Perspective anthropologique d’une question de justice pour les personnes LGBTIQ réfugiées au Canada» | Conférence mensuelle de la Chaire de recherche sur l’homophobie (2015-2016)

30 mars 2016, Université du Québec à Montréal

Conférence présentée dans le cadre des conférences mensuelles de la Chaire de recherche sur l’homophobie de l’UQAM.

Pour écouter la conférence, cliquez ici.

Conférencière : Nathalie Ricard, doctorante en anthropologie, Université Laval

Résumé de la conférence : Cette conférence portera sur une recherche doctorale qui documente les notions et pratiques de justice dans le système d’asile canadien. Elles seront explorées en lien avec les demandes de refuge fondées sur la persécution de l’orientation sexuelle et/ou de l’identité de genre des individus. Le travail ethnographique de la chercheure, dans les villes de Montréal, Toronto et Vancouver, rend compte des changements législatifs qui contraignent le droit d’asile, du climat de suspicion à l’égard des migrants et migrantes, du milieu associatif et du travail des avocats et avocates, de même que du processus par lequel les demandeurs et demandeuses d’asile deviennent des sujets de droits, selon nos codes culturels.

«Paternité gaie et gestation pour autrui : expériences des personnes concernées, évolutions récentes et enjeux de reconnaissance au Québec» | Conférence mensuelle de la Chaire de recherche sur l’homophobie (2015-2016)

9 mars 2016, Université du Québec à Montréal

Conférence présentée dans le cadre des conférences mensuelles de la Chaire de recherche sur l’homophobie de l’UQAM.

Conférencière et conférencier : Isabel Côté, professeure agrégée, Département de travail social, Université du Québec en Outaouais | Kévin Lavoie, doctorant en sciences humaines appliquées, Faculté des arts et des sciences, Université de Montréal

Résumé de la conférence : La gestation pour autrui est un contexte d’accès à la paternité qui gagne en popularité chez les hommes gais au Québec. Pour ce faire, les futurs pères établissent une entente de GPA avec une femme qui accepte de participer à la concrétisation de leur projet parental à titre de gestatrice. Une autre femme peut aussi être sollicitée advenant un don d’ovules. Cette conférence vise à brosser un portrait des expériences des personnes concernées, soit les parents d’intention et les femmes qui agissent comme tierces procréatrices, à partir de savoirs empiriques. Les évolutions récentes et les enjeux de reconnaissance sont aussi présentés afin de situer le phénomène sur le plan social, juridique et étatique.

Pour écouter la conférence, cliquez ici.