justice
pluralite_des_genres
egalite
diversite_sexuelle

Conférences

 

La Fondation Émergence et le Musée des beaux-arts de Montréal présentent le panel « L'homophobie et la transphobie affectent tous les âges ».

Date : jeudi 11 août

Heure : 12h00 à 13h30

Lieu : 1379-A, rue Sherbrooke Ouest, Auditorium Maxwell-Cummings, pavillon Michal et Renata Hornstein

Avec Line Chamberland (titulaire de la Chaire de recherche sur l'homophobie), Marie-Marcelle Godbout (fondatrice de l'ATQ), Jean Lalonde (président de l'Association Aînés et retraités de la communauté), Dylan Bisson (porte-parole de L'Astérisk) et Mike Gerembaya (intervenant communautaire Arc-en-ciel d'Afrique / African Rainbow). Animation : Judith Lussier (journaliste, chroniqueuse et auteure)

Entrée libre!

Pour tous les détails, consultez l'affiche, la programmation ou rendez-vous sur le site web de la Fondation Émergence.

 


Date : Mercredi, 20 avril 2016

Heure : 18h à 20h

Lieu : UQAM, local N-7050, pavillon Paul-Gérin-Lajoie (N), 1205, rue St-Denis, Montréal

 

Diffusion simultanée
Université du Québec en Outaouais
Campus Alexandre-Taché, local O-C1305
283, boul. Alexandre-Taché, Gatineau
Pour participer à l’UQO, SVP vous inscrire par téléphone ou courriel.

 

Conférence : « Homophobie et pornographie gaie : la perspective des usagers? »

Résumé : Plusieurs auteurs défendent la pornographie gaie en lui attribuant des fonctions positives pour les minorités sexuelles, alors que d’autres la critiquent en fonction de ses impacts potentiels d’usage (image corporelle, sécurisexe, etc.). L’un des aspects souvent discuté est la représentation de la masculinité au sein de la pornographie gaie et son rôle dans la perpétuation de l’hétéronormativité et des stéréotypes de genre. Kendall (1999; 2004) soutient même que la pornographie gaie est fondamentalement homophobe. Mais de quelle façon se positionnent les usagers de pornographie gaie face à cet argument? Utilisant la théorie des représentations sociales comme cadre d’analyse, le but de cette présentation est de présenter et discuter le positionnement des participants à l’étude EPUR (Étude sur la Pornographie gaie : Usages et Représentations chez les hommes québécois) face aux arguments théoriques sur l’homophobie possible dépeinte dans la pornographie gaie.

Simon Corneau, Ph. D., professeur, Département de sexologie, UQAM

Mariève Beauchemin B.A., candidate à la maitrise, Département de sexologie (profil recherche-intervention), UQAM

Pour consulter l'affiche, cliquez ici!

 


 

Date : Mercredi, 30 mars 2016

Heure : 18h à 20h

Lieu : UQAM, local N-7050, pavillon Paul-Gérin-Lajoie (N), 1205, rue St-Denis, Montréal

Diffusion simultanée
Université du Québec en Outaouais
Campus Alexandre-Taché, local O-C1305
283, boul. Alexandre-Taché, Gatineau
Pour participer à l’UQO, SVP vous inscrire par téléphone ou courriel

Conférence : «Hérétiques en amour cherchent refuge. Perspective anthropologique d’une question de justice pour les personnes LGBTIQ réfugiées au Canada»

Résumé : Cette conférence portera sur une recherche doctorale qui documente les notions et pratiques de justice dans le système d’asile canadien. Elles seront explorées en lien avec les demandes de refuge fondées sur la persécution de l’orientation sexuelle et/ou de l’identité de genre des individus. Le travail ethnographique de la chercheure, dans les villes de Montréal, Toronto et Vancouver, rend compte des changements législatifs qui contraignent le droit d’asile, du climat de suspicion à l’égard des migrants et migrantes, du milieu associatif et du travail des avocats et avocates, de même que du processus par lequel les demandeurs et demandeuses d’asile deviennent des sujets de droits, selon nos codes culturels.

Nathalie Ricard, M.A., Doctorante en anthropologie à l'Université Laval

Consultez l'affiche ici.

 


Organisé en collaboration avec la Coalition des Familles LGBT

Date : Mercredi, 9 mars 2016

Heure : 19h à 21h

Lieu : UQAM, local N-7050, pavillon Paul-Gérin-Lajoie (N), 1205, rue St-Denis, Montréal

 

Conférence : «Paternité gaie et gestation pour autrui : expériences des personnes concernées, évolutions récentes et enjeux de reconnaissance au Québec»

Résumé : La gestation pour autrui est un contexte d’accès à la paternité qui gagne en popularité chez les hommes gais au Québec. Pour ce faire, les futurs pères établissent une entente de GPA avec une femme qui accepte de participer à la concrétisation de leur projet parental à titre de gestatrice. Une autre femme peut aussi être sollicitée advenant un don d’ovules. Cette conférence vise à brosser un portrait des expériences des personnes concernées, soit les parents d’intention et les femmes qui agissent comme tierces procréatrices, à partir de savoirs empiriques. Les évolutions récentes et les enjeux de reconnaissance sont aussi présentés afin de situer le phénomène sur le plan social, juridique et étatique.

Isabel Côté, Professeure agrégée, Département de travail social, Université du Québec en Outaouais
Kévin Lavoie, Doctorant en sciences humaines appliquées, Faculté des arts et des sciences, Université de Montréal

 Cliquez ici pour consulter l'affiche.

 


 

Date : Mardi, 26 janvier 2016

Heure : 12h30 à 14h00

Lieu : UQAM, local N-7050, pavillon Paul-Gérin-Lajoie (N), 1205, rue St-Denis, Montréal

Diffusion simultanée
Université du Québec en Outaouais
Campus Alexandre-Taché, local O-C1305
283, boul. Alexandre-Taché, Gatineau

Conférence : « Services en toxicomanie et vécu homosexuel : expériences et besoins d’hommes gais et bisexuels ayant une consommation problématique de substances psychoactives (SPA) »

Résumé : Les gais et bisexuels ayant une consommation problématique de substances psychoactives (SPA) consultent tardivement des services en toxicomanie, lesquels ne répondent pas toujours à leurs besoins. Nous visons à : documenter l’expérience d’hommes gais et bisexuels concernant leur utilisation des services en toxicomanie;  établir des liens entre ces expériences et leur vécu homosexuel; et identifier leurs besoins. Nous avons mené une étude qualitative auprès de 35 gais/bisexuels ayant une consommation problématique de SPA. La majorité avait déjà utilisé des services en toxicomanie, mais sans avoir reçu une référence vers un tel service. Pour plusieurs, l’augmentation de leur consommation et le déclencheur de la demande d’aide coïncident avec des difficultés d’acceptation de leur orientation sexuelle, la quête de plaisirs sexuels ou avec un diagnostic de VIH. Pour certains, la sexualité n’est pas suffisamment abordée dans les services en toxicomanie. Ainsi, la détection de la consommation problématique représente un défi. Puis, les différentes dimensions du vécu homosexuel, dont la sexualité, doivent être prises en compte dans les services en toxicomanie.

Jorge Flores-Aranda, Ph. D. sciences cliniques, Université de Sherbrooke

Cliquez ici pour consulter l'affiche. 

 


Organisé en collaboration avec la Coalition des Familles LGBT

 

Date : Mercredi, 13 janvier 2015

Heure : 19h à 21h

Lieu : UQAM, local N-7050, pavillon Paul-Gérin-Lajoie (N), 1205, rue St-Denis, Montréal

* Diffusion en direct par vidéoconférence: rediffusions à l'UQAT et à l'UQO annulées pour des raisons hors de notre contrôle. Nous vous remercions de votre compréhension.

 

Conférence : « Réforme du droit familial québécois : impact sur la communauté LGBT »

Résumé : En juin 2015, un comité consultatif soumit son rapport à la ministre de la Justice, lui recommandant d’entreprendre une vaste réforme du droit familial québécois. Les propositions toucheront de nombreux aspects de la vie familiale des personnes LGBT au Québec, qu’il s’agisse des rapports avec des enfants (procréation assistée, gestation pour autrui, adoption, reconnaissance du beau-parent) ou entre des conjoints (changements majeurs au mariage et introduction d’un régime parental impératif). Cette conférence introduira et expliquera le rapport du comité et y jettera un oeil critique du point de vue LGBT.

Robert Leckey, Professeur titulaire de la faculté de droit de l’université McGill

Cliquez ici pour consulter l'affiche.


 

Date : Mardi 15 décembre

Heure : 18h à 20h

Lieu : UQAM, local N-7050, pavillon Paul-Gérin-Lajoie (N), 1205, rue St-Denis, Montréal

* Diffusion en direct par vidéoconférence: rediffusions à l'UQAT et à l'UQO annulées pour des raisons hors de notre contrôle. Nous vous remercions de votre compréhension.

 

Conférence : « Gestion de la diversité sexuelle : expériences et points de vue des employé.e.s LGBT en milieux de travail de la région métropolitaine  québécoise »

Malgré les progrès en égalité sociale et législative, des données canadiennes récentes démontrent la persistance de la discrimination des personnes lesbiennes, gais, bisexuel.e.s et trans (LGBT) en milieu de travail. Que font les employeurs pour favoriser l’inclusion des minorités sexuelles en milieu de travail? Comment les pratiques des employeurs sont-elles vécues et perçues par les employé.e.s LGBT? Cette conférence présentera les résultats de deux études qui ont cherché, à l’aide d’entrevues, à répondre à ces questions au sujet du vécu des employé.e.s. LGBT en région métropolitaine québécoise. Plus précisément, Elizabeth Parenteau présentera les expériences et les stratégies des employé.e.s trans qui poursuivent un processus de transition de genre tout en demeurant dans le même environnement professionnel. D’une autre part, Marie Geoffroy présentera les enjeux de micro-agressions et d’initiatives de gestion de diversité sexuelle qui font partie du quotidien des employé.e.s de minorité sexuelle. Les conférencières termineront avec des recommandations pour les milieux de travail soucieux de créer un climat de soutien et d’ouverture pour leurs employé.e.s LGBT.

 

Marie Geoffroy, B. Sc., candidate à la maîtrise en sexologie, Université du Québec à Montréal, et Elizabeth Parenteau, B. A., candidate à la maîtrise en sexologie, UQAM

Pour consulter l'affiche, cliquez ici!

 


Date : Jeudi 19 novembre 2015

Heure : 18h à 20h

Lieu : UQAM, local N-7050, pavillon Paul-Gérin-Lajoie (N), 1205, rue St-Denis, Montréal

* Diffusion en direct par vidéoconférence:

Lieu : UQO, local O-A1108, campus Alexandre-Taché, 283, boul. Alexandre-Taché, Gatineau

Lieu : UQAT, local B-301, campus Rouyn-Noranda, 445, boul. de l’Université, Rouyn-Noranda 

*Rediffusion à l'UQAT annulée pour des raisons hors de notre contrôle. Nous vous remercions de votre compréhension.

 

Conférence : « Hétérosexisme intériorisé, stigmatisation sociale et identité lesbienne : une étude des lesbiennes de Guangzhou »

Cette étude vise à révéler les processus par lesquels les lesbiennes tentent de concilier leur sexualité et leurs rôles féminins traditionnels relevant de la culture chinoise, dans la métropole moderne de Guangzhou. Un total de 20 femmes s'identifiant comme lesbiennes ont été recrutées pour les besoins de cette étude. C'est par des entretiens en face -à-face qu'il a été possible de mieux comprendre les expériences sexuelles et sociales des participantes. Or, contrairement à l'homosexualité masculine, la recherche concernant le lesbianisme en Chine est relativement peu développée, encourageant ainsi le phénomène d'invisibilité sociale. En raison de ses normes culturelles traditionnelles et de sa longue histoire d'échanges avec les pays occidentaux, Canton est reconnu pour sa plus grande tolérance au lesbianisme. Dans la capitale Guangzhou, une ville où l'économie est en plein essor, les groupes LGBT reçoivent un accueil ouvert de la population; leur vie est reconnue légalement et socialement. Toutefois, le code moral et les rôles de genre traditionnels chinois qui forment la doctrine de Confucius et de Mencius ainsi que l'équilibre et l'harmonie Yin - Yang se sont reflètent dans un certain hétérosexisme intériorisé chez les participantes. En effet, bon nombre d'entre elles ont démontré une expérience mitigée de la stigmatisation sociale et une certaine difficulté de s'auto-identifier en tant que lesbienne. L'urbanisation, l'économie compétitive rapide et les valeurs de réussite matérielle et personnelle, hautement estimées dans la société chinoise, amènent une marginalisation accrue des lesbiennes. À cela s'ajoute les difficultés encourues pour les femmes seules de vivre dans une société dominée par les hommes. Réduire la stigmatisation sociale et la discrimination contre les femmes est essentiel pour améliorer l'équilibre entre les sexes et sortir les groupes de lesbiennes de l'invisibilité sociale.

 

Xue Yang, M. International Business

Professeure, School of Foreign Language Studies, South China Agricultural University (Chine)

Chercheure affiliée à la Chaire de recherche sur l’homophobie (UQAM)

 

Pour consulter l'affiche, cliquez ici!

 


 

Date : Mardi, 10 novembre 2015

Heure : 19h à 21h

Lieu : Local A-2875, Pavillon Hubert-Aquin (A), 400, rue Sainte-Catherine Est, Montréal           

Conférence : « Les lacunes dans la loi 35 »

La loi 35, adoptée en décembre 2013, vise à enlever les prérequis chirurgicaux pour l’obtention d’un changement légal de la mention de sexe. Au moment de la rédaction, cette mesure n’est toujours pas appliquée, car elle nécessite l’adoption d’un nouveau cadre règlementaire. De plus, beaucoup de membres de la communauté trans ont été laissé.e.s de côté en 2013, soit les migrant.e.s, les personnes mineures, les parents et les personnes non binaires, etc. Cette conférence a pour but d’explorer les futures luttes pour les droits des personnes trans.

En collaboration avec Logo 2015

 

Conférencières et conférenciers : 

Annie Pullens-Sansfaçon : vice-présidente de l’organisme Enfants transgenres Canada et professeure agrégée à l’École de service social, Université de Montréal

Me Jean-Sebastien Sauvé : doctorant, spécialisé dans les questions des droits des personnes intersexes, queers et trans*

Me Samuel Singer : avocat travaillant, entre autres, pour les droits des personnes trans et parents trans

Marie-Ève Baron : militante et mère trans

Nathalie Ricard : doctorante en anthropologie, spécialisée dans les questions d’immigration et d’asile pour les personnes LGBTIQ

 

Pour consulter l'affiche, cliquez ici

 


 

Date : Mercredi 14 octobre 2015

Heure : 18h à 20h

Lieu : UQAM, local N-7050, pavillon Paul-Gérin-Lajoie (N), 1205, rue St-Denis, Montréal

 

* Diffusion en direct par vidéoconférence:

Lieu : UQAT, local B-301, campus Rouyn-Noranda, 445, boul. de l’Université, Rouyn-Noranda

Lieu : UQO, local O-C1305, campus Alexandre-Taché, 283, boul. Alexandre-Taché, Gatineau

       

Conférence : « Quel soutien social pour les aînés gais et lesbiennes ? »

Alors que l’image du gai ou de la lesbienne condamné à vieillir, voire mourir, dans la solitude apparaît désuète, que savons-nous des réseaux de soutien des aîné.e.s gais et lesbiennes au cours du vieillissement? Pour se protéger, pour résister à l’hétérosexisme, les gais et les lesbiennes ont créé des sous-cultures, ils et elles se sont entourés d’une famille de choix et de réseaux sociaux informels. Comment leurs réseaux de soutien se transforment-ils avec l’avancée en âge? Quels rôles jouent-ils? Quels sont les enjeux sociaux et de santé relatifs aux réseaux de soutien pour les gais et lesbiennes vieillissant.e.s? La conférence abordera ces diverses questions.

 

Julie Beauchamp, M.A., candidate au doctorat en sexologie (UQAM)

Line Chamberland, Ph. D., professeure au département de sexologie (UQAM), titulaire de la Chaire de recherche sur l’homophobie (UQAM)

 

Pour consulter l'affiche, cliquez ici!